Bandeau
Los de la sierra 1936-1975
Dictionnaire des guerilleros et résistants antifranquistes

Le dictionnaire des guérilleros et résistants antifranquistes, tente de répertorier les hommes et femmes de toutes tendances (anarchistes, communistes, socialistes, sans parti) ayant participé pendant près de quarante ans, (1936-1975) souvent au prix de leurs vies ou de longues années de prison et souvent dans une indifférence générale, à la lutte contre la dictature franquiste. Ce travail a été commencé il y a plus de vingt ans par l’historien libertaire Antonio Tellez Sola (1921-2005) en collaboration avec Rolf Dupuy du [*Centre International de Recherches sur l’Anarchisme*] (CIRA).

Les derniers articles

SANZ, Ramon
Publié le 9 janvier 2015
par R.D.

Ramon Sanz avait adhéré très jeune à la CNT de Abiego (Huesca). Pendant la guerre et la révolution il fut l’un des animateurs de la collectivité de Abiego, puis participa aux combats du front de Guadalajara.

Fait prisonnier à la fin de la guerre, il fut transféré et emprisonné à Barbastro puis (…)

SANZ BOFARULL, Ramon
Publié le 4 octobre 2014
par R.D.

Ramon Sanz Bofarull avait fait parti du 1er Bataillon – commandé par Ricardo Piquer Montañana Tato – de la 468e Brigade de guérilleros qui, dans le cadre de l’opération Reconquista de España, avait pénétré au Val d’Aran le 14 octobre 1944.

SANZ, Teodoro
Publié le 14 avril 2014
par R.D.

Militant du POUM, Teodoro Sanz avait été arrêté à Madrid en avril 1946 avec Emma Roca et Urbano Armesto. Fin 1947 ou début 1948 il fut condamné à 2 ans de réclusion.

SANZ, Ramon « MANO »
Publié le 25 octobre 2013
par R.D.

Habitant de Puerto de Sagunto, Ramon Sanz Maño aurait été membre en 1947 du groupe de Luna qui avait sa base à El Pobo (Teuel). Ce groupe n’était pas répertorié comme appartenant au 11ème secteur de l’Agrupacion guerrillera de Levante (AGL).

SANZ, Ramon
Publié le 13 septembre 2013
par R.D.

Ramon Sanz fit partie en août 1949 du groupe de 47 militants de la CNt qui furent transférés de la prison provinciale de Madrid à celle d’Ocaña (Tolède).