Bandeau
Los de la sierra 1936-1975
Dictionnaire des guerilleros et résistants antifranquistes

Le dictionnaire des guérilleros et résistants antifranquistes, tente de répertorier les hommes et femmes de toutes tendances (anarchistes, communistes, socialistes, sans parti) ayant participé pendant près de quarante ans, (1936-1975) souvent au prix de leurs vies ou de longues années de prison et souvent dans une indifférence générale, à la lutte contre la dictature franquiste. Ce travail a été commencé il y a plus de vingt ans par l’historien libertaire Antonio Tellez Sola (1921-2005) en collaboration avec Rolf Dupuy du [*Centre International de Recherches sur l’Anarchisme*] (CIRA).

VICENTE ZAFON, Lamberto « MATALÁS » ; « ALBERTO »
Né à Mosqueruela (Teruel) en 1909 - CNT - Reconquista de españa - AGL, 17° secteur – Teruel (Aragon) - France
Article mis en ligne le 4 juin 2013
dernière modification le 10 novembre 2023

par R.D.

Lamberto Vicente Zafón Matalás était, comme son frère cadet José Pepito, militant de la CNT et s’était infiltré en Espagne en octobre 1944 par le Vall d’Aran lors de l’opération Reconquista de España. Puis avec son frère il avait formé un groupe dans la zone de Mosqueruela (Teruel) avant d’intégrer le 17° secteur de l’Agrupación Guerrillera de Levante y Aragon (AGLA).

C’est lui qui, sur ordre de l’AGL, avait tué le 24 décembre 1946, commune de Mosqueruela (Teruel), le responsable de la guérilla cénétiste José Ramia Ciprés Petrol qui avait refusé de se mettre aux ordres du 17° secteur commandé par le communiste Juan Ramón Delicado González Delicado. Alors que José Ramia s’approchait avec un compagnon du lieu d’une réunion prévue avec Delicado, Lamberto Vicente Zafón l’avait abattu. Il prétendra ensuite avoir confondu les deux hommes avec une patrouille de la Guardia Civil, tandis que l’organe de l’AGL El Guerrillero revendiquait "l’exécution du bandit Petrol". Lamberto Vicente Zafón Matalas, ou bien était passé dans les rangs du Parti communiste, ou bien avait été manipulé par celui-ci. En tous cas il désertait fin mars 1948 et le 2 mai passait en France où il fut arrêté par la gendarmerie à Saint Larry et interné dans un camp.


Dans la même rubrique

VICENTE JIMENEZ, José
le 21 janvier 2015
par R.D.
VICENTE, Carlos
le 8 décembre 2014
par R.D.
VICENTE CORTES, Francisco
le 5 septembre 2013
par R.D.
VICUNA FERRERO, Victorio « Julio ORIA »
le 5 juin 2013
par R.D.
« VICTOR »
le 4 juin 2013
par R.D.