Bandeau
Los de la sierra 1936-1975
Dictionnaire des guerilleros et résistants antifranquistes

Le dictionnaire des guérilleros et résistants antifranquistes, tente de répertorier les hommes et femmes de toutes tendances (anarchistes, communistes, socialistes, sans parti) ayant participé pendant près de quarante ans, (1936-1975) souvent au prix de leurs vies ou de longues années de prison et souvent dans une indifférence générale, à la lutte contre la dictature franquiste. Ce travail a été commencé il y a plus de vingt ans par l’historien libertaire Antonio Tellez Sola (1921-2005) en collaboration avec Rolf Dupuy du [*Centre International de Recherches sur l’Anarchisme*] (CIRA).

PONS ARGILES, Jorge « TARANTULA »
Né à Puigvert (Lerida) en 1912 (ou 1915 ?) – fusillé le 14 mars 1952 - Paysan – MLE – CNT – Groupe de Marcelino MASSANA BANCELL « PANCHO » & de Julio RODRIGUEZ FERNANDEZ « EL CUBANO » - Lerida & Barcelone (Catalogne) – France
Article mis en ligne le 27 juillet 2012
dernière modification le 22 mai 2024

par R.D.
Jorge Pons Argiles (1938)

Jorge Pons Argiles, qui portait une tache de vin de naissance sur la joue, avait combattu pendant la guerre dans la Colonne Durruti. Il avait également été l’un des animateurs de la CNT à Lerida où il fut membre du tribunal populaire local.

Exilé en France, il participa après la Libération aux groupes d’action pénétrant en Espagne et notamment à celui de Marcelino Massana Bancells Pancho. Puis membre du groupe Talionde Julio Rodriguez Fernandez El Cubano, il pénétrait avec ce dernier et José Luis Barrao, Victor Espallargas, Manuel Sanchez, José Corral Martin, Migule Garcia Garcia, M. Guerrero Motas et Jaime Albama Morell, en Catalogne en septembre 1949. Après divers incidents et un accrochage avec la Guardia Civil le 20 septembre, le groupe parvenait à gagner Barcelone où Jorge Pons Argiles Tarantulaet Jaime Albama furent d’abord logés à Montjuich dans la baraque de Justina Valverde Gonzalez.

Jordi Pons Argiles

Après s’être rendu compte que la baraque était surveillée, il déménageait rue de Guasch à San Adria de Besos où, le 5 novembre 1949, il fut arrêté avec Domingo Ibars Juanias lors d’une vaste rafle qui allait durer d’octobre à décembre au cours de laquelle allaient être démantelés les groupes d’action libertaires.

Traduit avec 26 compagnons - Pedro Adrover, Domingo Ibars, José Perez Pedreo, Eusebio Montes, Manuel Guerrero, José Corral, Miguel Garcia Garcia, Miguel Rodriguez, Manuel Fornells, José ou Juan Piñol, Ramon Lascos, Agustin Fora, Camilo Castells, Juan Munt, Emilio Bravo, José Freixas, Lopez (coiffeur à Manresa), Pura Villanueva, Antonia Saborit, Justina Gonezalez - devant le conseil de guerre réuni à Barcelone le 6 février 1952, il fut condamné à mort avec 8 autres des accusés dont 4 seront finalement graciés. Jorge Pons Argiles a été fusillé le 14 mars 1952 au camp de la Bota de Barcelone avec Pedro Adrover Font, José Pérez Pedrero, Gines Urrea Piña et Santiago Amir Gruañas. Ce furent les derniers fusillés du camp de la Bota.


Dans la même rubrique

PORTELLA, Emilio
le 27 juin 2014
par R.D.
PORTET SULLA, Ramon
le 12 janvier 2014
par R.D.
« PORRUO » ou « PORRA »
le 21 novembre 2013
par R.D.
PONS GOLDING, Carlos « El AMERICANO »
le 25 octobre 2013
par R.D.
PONS SALA, Miguel
le 25 octobre 2013
par R.D.