Bandeau
Los de la sierra 1936-1975
Dictionnaire des guerilleros et résistants antifranquistes

Le dictionnaire des guérilleros et résistants antifranquistes, tente de répertorier les hommes et femmes de toutes tendances (anarchistes, communistes, socialistes, sans parti) ayant participé pendant près de quarante ans, (1936-1975) souvent au prix de leurs vies ou de longues années de prison et souvent dans une indifférence générale, à la lutte contre la dictature franquiste. Ce travail a été commencé il y a plus de vingt ans par l’historien libertaire Antonio Tellez Sola (1921-2005) en collaboration avec Rolf Dupuy du [*Centre International de Recherches sur l’Anarchisme*] (CIRA).

GUERRERO RUIZ, Francisco « El CONTRERAS »
Né à Jimena de la Frontera (Cadix) - tué le 20 octobre 1948 - Groupe de « CASARES » & de Bernabé LÓPEZ CALLE "BERNABE" - Cádix (Andalousie)
Article mis en ligne le 12 juillet 2009
dernière modification le 16 juillet 2024

par R.D.

Déserteur de l’armée franquiste, Francisco Guerrero Ruiz s’était intégré au groupe du Casares qui avait été formé en 1937. Le 13 mars 1943, à la ferme Jara, près du village de San Pablo de Buceite, district de Jimena de la Frontera, il participait à l’enlèvement de Maria García Jarillo, la femme du métayer, pour laquelle une rançon de 60000 pesetas sera exigée. Elle sera libérée après que les guérilleros, qui n’avaient pas obtenu satisfaction, aient saccagé la ferme, emportant vivres et vêtements. Le 25 mars, avec Antonio Rios Gavira El Panzón il attaquait à Castellar de la Frontera, district de Jimena de la Frontera, la ferme Carizo Alto.

Francisco Guerrero Ruiz El Contreras, s’était ensuite, semble-t-il, intégré au groupe du cénétiste Bernabé López Calle Comandante Abril. Début mars 1946, avec Alfonso Sánchez Gómez Potaje et José García Ruiz Patagallina, il participait à ’enlèvement à la ferme El Posteruelo, district d’Alcala de los Gazules, du propriétaire Manuel Rios Turrillo pour lequel une rançon de 50.000 pesetas était demandée ; la proximité de patrouilles de la Guardia Civil empêchera la remise de la rançon et Manuel Rios sera abandonné sain et sauf dans le bâriment où il avait été séquestré. Le 24 juin 1947 avec les mêmes compagnons, il séquestrait à la ferme Patriste, district d’Alcala, Manuel Coca Román et Maria Visglerio García qui seront libérés contre une rançon de 150.000 pesetas. Il aurait également fait partie le 16 août 1948 du groupe qui avait abattu Andrés Salas Fernández à la ferme Canchal de Mosantos après que ce dernier ait menacé un guérillero.

Francisco Guerrero Ruiz a été t arrêté le 20 octobre 1948 à la porte d’un cabaret de la rue Municion à Algeciras tandis que José García Ruiz Patagallina qui l’accompagnait avait été abattu sur place. Francisco Guerrero proposait alors à la Guardia Civil de lui remettre l’arsenal caché par son groupe dans la Sierra de Almoraina. Arrivé au lieu connu sous le nom de El Cambayon, de la propriété Cotilla, Castellar de la Frontera (Cadix), les gardes ne trouvaient qu’une vieille escopette et l’abattaient sur place.


Dans la même rubrique

GUERRERO SEPULVEDA, Juan "Juan CONEJO"
le 10 janvier 2023
par R.D.
GUERRA ORTIZ, Antonio « URRELI »
le 28 septembre 2014
par R.D.
GUDIEL GUTIERREZ, Joaquin
le 17 septembre 2014
par R.D.
GUERRERO, José
le 10 février 2014
par R.D.
GUERRERO GONZALEZ, Manuel
le 28 novembre 2013
par R.D.