Bandeau
Los de la sierra 1936-1975
Dictionnaire des guerilleros et résistants antifranquistes

Le dictionnaire des guérilleros et résistants antifranquistes, tente de répertorier les hommes et femmes de toutes tendances (anarchistes, communistes, socialistes, sans parti) ayant participé pendant près de quarante ans, (1936-1975) souvent au prix de leurs vies ou de longues années de prison et souvent dans une indifférence générale, à la lutte contre la dictature franquiste. Ce travail a été commencé il y a plus de vingt ans par l’historien libertaire Antonio Tellez Sola (1921-2005) en collaboration avec Rolf Dupuy du [*Centre International de Recherches sur l’Anarchisme*] (CIRA).

GONZÁLEZ ARIAS, Alida « LA PENCA »
Née à Salas de los Barrios (Leon) en 1915 - Groupe de Manuel GIRÓN BAZÁN "GIRÓN" - Leon
Article mis en ligne le 18 janvier 2009
dernière modification le 2 novembre 2012

par R.D.
Alida Gonzalez Arias

Alida González Arias La Penca était la femme de José Losada Yáñez, guérillero assassiné le 27 avril 1939 (ou 1940) par une patrouille de la Guardia Civil et de phalangistes. En 1937, alors qu’elle apportait du ravitaillement à son compagnon, elle avait été arrêtée puis assignée à résidence à Cantalapiedra (Salamanque). Peu après la mort de son mari, elle revenait à Salas de los Barrios et contactait immédiatement la guérilla dont elle devenait l’un des agents de liaison les plus actifs.

En 1945, après de très nombreuses arrestations d’agents de liaison à Columbrianos (Leon), les guérilleros lui conseillaient de gagner la montagne, ce qu’elle fit. Elle était alors membre du groupe de Manuel Girón Bazán Girón dont elle devenait la compagne.

Le 2 mai 1951 elle a été témoin de l’assassinat de son compagnon Manuel Girón Bazán sur le mont Molinaseca par José Rodríguez Cañuto, infiltré dans la guérilla par la Guardia Civil, et qui une fois son forfait commis, l’avait remis aux mains du Commandant de la Guardia Civil de Ponferrada, Miguel Arricivita Vidondo. Jugée par un conseil de guerre et condamnée à une lourde peine de prison, elle a été libérée au bout d’une année de détention puis s’était exilée en Suisse.

En 2001, Alida González Arias vivait à Salas de los Barrios.


Dans la même rubrique