Bandeau
Los de la sierra 1936-1975
Dictionnaire des guerilleros et résistants antifranquistes

Le dictionnaire des guérilleros et résistants antifranquistes, tente de répertorier les hommes et femmes de toutes tendances (anarchistes, communistes, socialistes, sans parti) ayant participé pendant près de quarante ans, (1936-1975) souvent au prix de leurs vies ou de longues années de prison et souvent dans une indifférence générale, à la lutte contre la dictature franquiste. Ce travail a été commencé il y a plus de vingt ans par l’historien libertaire Antonio Tellez Sola (1921-2005) en collaboration avec Rolf Dupuy du [*Centre International de Recherches sur l’Anarchisme*] (CIRA).

SIERRA MARTIN, Enrique « Francisco MARTIN PRIETO »
Né à Moclin (Grenade) le 11 novembre 1909 - Reconquista de España - Grenade (Andalousie) – Ariège - Viry Chatillon (Essonne)
Article mis en ligne le 26 mars 2013
dernière modification le 10 novembre 2023

par R.D.
Francisco Martin Prieto

Dès le coup d’état franquiste de juillet 1936, Enrique Sierra Martin (dont le véritable nom était Francisco Martin Prieto) avait gagné la Sierra avec son frère José Sierra Martin. Après l’arrestation de leur mère, de leurs sœurs et d’une cousine, les deux hommes étaient revenus au village pour menacer de représailles si elles n’étaient pas libérées. Cette action et des accusations d’avoir détruit en août 1936 le mobilier de plusieurs églises de la région - avec notamment Francisco Castellanos Martin et Francisco Torraval Bueno qui furent arrêtés - et d’avoir effectué diverses perquisitions chez des gens de droite, valut à Enrique Sierra et son frère d’être condamnés à mort par contumace.

Enrique Sierra Martin avait ensuite vraisemblablement passé l’Ebre puis était passé en France lors de la Retirada.

Pendant l’Occupation il participa à la Résistance notamment au maquis de Crouzette (Ariège) depuis février 1943 sous le pseudonyme Cepelin, puis au maquis du Col de Py (Pyrénées-Orientales) de février 1943 à août 1944 (3ème région FFI) et de décembre 1944 à septembre 1945 au Bataillon D (17ème région militaire). A l’automne 1944 il avait participé dans le cadre de l’opération Reconquista de España aux pénétrations de guérilleros au Val d’Aran et de 1945 à 1952 continua d’assurer des passages de militants antifranquistes de France en Espagne.

A la fin des années 1940, il travaillai comme jardinier au Centre Jean Moulin de Fleury Mérogis, proprété de la Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes (FNDIRP) où il rencontra sa future épouse, Angela Cabeza (née en 1915-morte en 1992), militante communiste et ancienne déportée à Ravensbrück puis en Tchécoslovaquie (Kommando Flossenburg et Grastlitz), avec laquelle il fondera une famille à Viry Châtillon et aura 3 enfants.


Dans la même rubrique

SIERRA, Pedro
le 31 décembre 2022
par R.D.
SICART VIGAS, Francisco
le 5 janvier 2017
par R.D.
SILLES PAREJO, Juan
le 5 juin 2016
par R.D.
SIERRA ESCUDERO, Dolores
le 24 mai 2015
par R.D.
SIERRA, Florentino
le 9 novembre 2014
par R.D.