Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
HORCAJADA MANZANARES, German
Né à Barcelone – mort en 196 ? - Cheminot - MLE – CNT – Barcelone (Catalogne) – France – Madrid (Nouvelle Castille)
Article mis en ligne le 22 mai 2010
Dernière modification le 1er novembre 2012

par R.D.

German Horcajada Manzanares fut l’un des artisans, avec notamment José Ramos et Clemente, du développement de la CNT chez les cheminots de Barcelone au début des années 1930. Il fut le responsable de la sous-section du Nord en 1932 et membre du Comité révolutionnaire des cheminots de Barcelone en octobre 1936.

Exilé en France lors de la Retirada, il fut interné au camp du Vernet d’où, en 1942, les autorités de Vichy, le firent transférer en Afrique du Nord au camp de Djelfa.

Après la scission du mouvement libertaire espagnol en 1945, il s’aligna sur les positions de la CNT dite collaborationniste et l’année suivante fut nommé secrétaire du Sub-CN en remplacement d’Enrique Marco Nadal parti pour se joindre à la clandestinité. Fin 1946 ou début 1947 il partait à son tour pour l’Espagne comme délégué du Sub-CN au Comité National. Après l’arrestation de Marco Nadal il le remplaça au CN.

German Horcajada a été arrêté à Madrid le 22 mai 1947 avec les autres membres du Comité National dont Manuel Rodriguez Martin, José Garcia Sanchez, Jeronimo Garcia, Antonio San Feliu, José Yañez Garcia, Francisco Alcaraz et Juan Caba Pedraza. Le 8 mai 1948 il participait à la grande évasion des militants de la CNT de la prison d’Ocaña avec notamment Eusebio Azañedo Grande, Antonio Ejarque Pina, Francisco Tomero Gabiz, Juan José Caba Pedraza, Francisco Garcia Nieto, José Yañez Garcia, Manuel Martinez Rodriguez et Pedro Gonzalez Calero. Comme tous les évadés, à l’exception de Francisco Romero Gabiz et d’Antonio Ejarque Pina, il fut repris. Traduit en 1949 devant un conseil de guerre avec les autres membres du CN, il fut condamné à 30 ans de prison. En 1958 il était interné à la prison de San Miguel de los Reyes.

German Horcajada Manzanares, qui dans les années 1960 s’était opposé à la signature des accords entre anciens de la CNT et les syndicats verticaux (affaire du cincopuntisme) continua d’appartenir à la CNT jusqu’à son décès survenu avant 1970.


Dans la même rubrique