Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
LOBATO FLORIA, José « LOBATO » ; « HIJO DE LA DOMINGA »
Né à Los Barrios (Cadix) – fusillé en 1950 ( ?) - MLE - CNT – Agrupacion Fermin Galan – Cadix (Andalousie)
Article mis en ligne le 8 mai 2011

par R.D.

Jpsé Lobato Floria Lobato appartenait à l’Agrupacion Fermin Galan du cénétiste Bernabé Lopez Calle Comandante Abril.

Le 31 juillet 1949 un groupe formé de José Lobato Floria, Andrés Lobato Dorado Garnacha, Antonio Mena Posado El Rubio, José Vilches Ruiz El Barbas, José Cardoso Sañudo Moreno, Francisco Sañudo Venegas Compadrito, Bernabé Lopez Calle Comandante Abril et Miguel Lopez Garcia Dario, enlevait à la ferme Cabeza de la oveja, sur le district de Jerez de la Frontera, le jeune Antonio Sanchez Regordan âgé de 14 ans et pour la libération duquel les guérilleros demandaient une rançon de 100.000 pesetas. Le garçon, qui avait reconnu l’un de ses ravisseurs parmi les guérilleros, sera abattu dans la nuit du 3 au 4 août malgré les ordres donnés par Bernabé Lopez Calle.

Le 4 octobre 1949 il participait avec Andrés Lobato Dorado Garnacha, Julio Beas Rodrigiez Julio el del Tren, Miguel Lopez Garcia Dario, José Vilches Ruiz Barbas et Antonio Nuñez Pérez Bartolo, à l’enlèvement à la ferme La Palmosa (Castellar de la Frontera) de Francisco Avilés Gallego. Ce dernier fut séquestré à la ferme La Matrera et au Cerrilo de la huida et une rançon de 250.000 pesetas fut demandée pour sa libération ; il fut libéré au bout de trois jours après le versement de 200.000 pesetas.

Le 19 octobre suivant, avec Alfonso Sanchez Gomez Potaje, il enlevait à la ferme Los Arenales, district de Castellar de la Frontera, Cristobal Ocaña Mena que les guérilleros libéreront après avoir appris que la Guardia Civil avait arrêté toute sa famille pour l’empêcher de verser la rançon.

Après l’élimination de la plupart des membres de l’Agrupacion, José Lobato Floria Lobato, resté seul, décidait en novembre 1950 de se rendre au propriétaire de la guinguette Gavira où la Guardia Civil venait l’arrêter. Transféré à Séville, il était traduit devant un conseil de guerre, condamné à mort et fusillé.


Dans la même rubrique

0 | 5

LOPEZ, Aurora
le 25 février 2017
par R.D.
LOBRADO PEREZ, Miguel
le 13 mars 2016
par R.D.
LOPEZ, Antonio « PADILLA SAIZ »
le 20 octobre 2014
par R.D.
LOPEZ, Modesta
le 13 septembre 2014
par R.D.
LOPEZ, José, Maria
le 14 juin 2014
par R.D.