Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
GUARDIA ABELLA, Isidro « VIRIATO »
Né à Valence le 15 juin 1921 - mort le 28 août 2012 - ouvrier - FIJL – MLE - CNT - CGT - Valence (Levant)
Article mis en ligne le 14 juin 2009
Dernière modification le 2 septembre 2012

par R.D.
Isidro Guardia Abella

Très tôt orphelin, Isidro Guardia Abella avait dû commencer à travailler dès l’âge de 10 ans. Se formant d’une manière autodidacte, il adhèra à la CNT, au syndicat gastronomique à 14 ans. En 1936 il était membre du Syndicat CNT de la gastronomie de Valence et des Jeunesses libertaires du quartier du centre. Milicien dans la colonne confédérale du Levant, il fut ensuite en 1938 sergent à la 82° Brigade.

Exilé lors de la Retirada en France, où il fut interné dans divers camps, il décida ensuite de retourner en Espagne où il s’intègra à la lutte clandestine. Membre du Comité provincial de Valence du Mouvement Libertaire il était responsable à l’organisation du Comité régional Valencien. Ce comité dont le secrétaire était Manuel Guillén Burgos et le trésorier Antonio Martínez Quiles avait été formé lors d’une réunion célébrée chez Isidro Sánchez Sanz dans le quartier de Torrefiel, à laquelle avaient participé des délégués des quartiers de Vega Alta, Torrefiel, Ruzafa et des syndicats de l’Eau, Gaz et électricité et de l’alimentation. Le Comité régional fut restructuré en 1940 : José Miró Lázano en était le secrétaire général et Emiliano Calvo Melo le secrétaire de défense.

Impliqué dans l’affaire du manifeste imprimé en France par Francisco Ponzan Vidal et introduit en Espagne par Agustin Remiro Manero, Isidro Guardia fut arrété le 15 juin 1940 et traduit avec trente deux militants de la CNT et de la FIJL devant le conseil de guerre qui s’ouvrit à Valence le 8 novembre 1941. Accusé de "conspiration contre le régime" il fut condamné à mort avec neuf autres compagnons, dont trois, Angel Tarín Haro, Enrique Escobedo Vaello et Enrique Goig Tostado, furent fusillés le 19 novembre. En janvier 1942 sa peine de mort fut commuée en longue peine de prison (30 ans de prison).

Interné à San Miguel de Los Reyes, il y participe à l’élaboration de journaux clandestins de la CNT et de la FIJL. Isidro Guardia Abella a été libéré le 7 octobre 1950 après dix ans, trois mois et vingt trois jours. Au cours de son emprisonnement il avait été le secrétaire des Jeunesses libertaires pendant quatre ans et membre du Comité libertaire de la prison pendant quatre autres années. Il participa à l’édition en prison d’un Boletin de CNT, fut responsable d’un bulletin de la FIJL et assura les liaisons avec la presse exilée.

Il collabora après sa libération sous divers pseudonymes (Codine, Juan Lorenzo, J. Iberico) à la prese de l’exil (dont España Libre, Comunidad Iberica, Frente Libertario..).

En 1976 il était directeur d’une entreprise chimique, participa à la reconstruction de la CNT et donna en 1979 une conférence sur le syndicalsime à l’Université de Valence.En 2004 il participa à Cheste à un hommage rendu à Angel Tarin.

Isidro Guardia Abella, qui était membre de la Fundacion Salvador Segui (CGT), est décédé à Valence le 28 août 2012.

Œuvres : :-Otoño de 1941 (Madrid 1977) ; - Conversaciones con el movimiento obrero, entrevistas con militantes de la CNT (Madrid 1978), ; -La CNT ante el presente,pasado y perspectivas (Valence, 1977) ; - Consideraciones sobre los derechos humanos (1979) - Tras las elecciones sindicales, analisis de una situacion (Valence, 1978) ; - Escritos del silencio (2005) ; - Entre muros y sombras (2006) ; -


Dans la même rubrique

0 | 5

GUERRA ORTIZ, Antonio « URRELI »
le 28 septembre 2014
par R.D.
GUDIEL GUTIERREZ, Joaquin
le 17 septembre 2014
par R.D.
GUERRERO, José
le 10 février 2014
par R.D.
GUERRERO GONZALEZ, Manuel
le 28 novembre 2013
par R.D.
« GUERRA », Vitorina
le 9 novembre 2013
par R.D.