Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
Né à Moclin (Grenade) en 1923 - tué le 10 décembre 1947
GALVEZ PRIETO, José Antonio « PAQUETE »
Groupe de Tomas VILLEN ROLDAN « CENCERRO » & d’Antonio FAJARDO SÁNCHEZ "PIÑERO" - Jaén (Andalousie)
Article mis en ligne le 2 mai 2008
Dernière modification le 11 mai 2008

par R.D.

José Antonio Gálvez Prieto Paquete, habitant de Tiena (Grenade) s’était intègré en octobre 1946 au groupe de Tomas Villén Roldán Cencerro. Après la mort de ce dernier le 15 août 1947, il devenait membre du groupe commandé par Antonio Fajardo Sánchez Piñero.

Le groupe était localisée par les forces de répression dans une de ses bases située dans la Sierra de Cardenete, district de Noalejo (Jaén) près de la ferme Encarbo dont le fermier Patricio Moya Serrano et son fils José étaient des agents de liaison. Les guérilleros se cachaient alors dans une grotte appelée Las Ranas tout près de la ferme. Le 10 décembre 1947 un sergent et deux gardes approchaient de la grotte tandis que les autres gardes occupaient des positions stratégiques. La grotte était comme un puits étroit ne permettant pas la moindre défense. Le premier guérillero à sortir, Antonio Fajardo Sánchez Piñero tirait et jettait des grenades. Bien que blessé il continuait de courir, gagnait la montagne pour se réfugier dans une ferme où des gardes le poursuivaient et l’abattaient. Puis sortaient les uns après les autres et étaient tués au fur et à mesure de leur sortie José Antonio Gálvez Prieto Paquete, Juan Martin Maqueda García Juanico et Antonio Muñoz Rivera Muñoz dont les cadavres étaient amenés à Mancha Real. Les gardes arrêtaient ensuite Patricio Moya Serrano et son fils José Moya Cuenca qu’ils amenaient à Puerto del Caballo où ils leur appliquaient la "loi de fuite" et laissaient leurs cadavres en pleine campagne. La femme du fermier était également arrêtée et leurs enfants laissés à l’abandon.

La cachette avait été révélée à la Guardia Civil par Antonio Cano Aceituno Enriqueto, maire de Los Frailes, qui, apès les faits et de peur des représailles, avait déménagé à Torrequebradilla (Jaén). En 1973, 26 ans après les faits, alors qu’il mettait en vente des fermes, deux futurs acheteurs se présentaient chez lui le 24 novembre. La nuit même son corps était retrouvé pendu à un arbre du cimetière de Ammodovar del Rio (Cordoba). Cette mort n’a jamais été éclaircie.


Dans la même rubrique

0 | 5

GALLEGO (ou GALLEGOS) MARTINEZ, Joaquin
le 13 mars 2015
par R.D.
GARATE, Joaquin
le 15 octobre 2014
par R.D.
GALLEGO, Vicente
le 24 juillet 2014
par R.D.
GALVEZ ARCE, Valeriano
le 14 février 2014
par R.D.
GALLEGO PONCE DE LEON, Manuel
le 1er février 2014
par R.D.