Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
tué en 1937
FLORES, Mariano « FLORES »
PSOE - UGT - Talavera la Real (Badajoz) - Estrémadure & Huelva (Andalousie)
Article mis en ligne le 22 février 2008

par R.D.
Mariano Flores

C’est encore très jeune que Mariano Flores avait participé aux grèves révolutionnaires de 1917 ce qui lui avait valu une de ses premières détentions. Suite à une grève de paysans en 1934, il avait été condamné à six ans de prison et interné au pénitencier de Burgos. Il avait été remis en liberté après les élections du 16 février 1936. En 1936 Mariano Flores était le maire socialiste de Talavera La Real (Badajoz).

Dès les premiers jours du soulèvement fasciste, il se réfugiait avec un groupe de paysans dans la sierra de Alpotreque où il rejoignait Francisco Correa Silvero El Teto et Hermenegildo Bautista El Morao qui y organisaient un groupe de guérilleros. En quelques jours les trois hommes avaient regroupé une vingtaine d’hommes avec pour base le Castillo de Azagala. Ce groupe est connu sous le nom de Guerrilleros del Castillo de Azagala ou de la Sierra de Alpotreque. En septembre le groupe comptait une soixantaine d’hommes divisés en trois groupes dont l’un était commandé par Mariano Flores Flores. Le 28 ou 29 octobre une vingtaine de guérilleros attaquaient la gare de Herreruela (Caceres) et détruisaient l’édifice et de nombreuses voies. De nombreux fugitifs rejoignaient les guérilleros et en novembre le groupe comptait plus de cent quarante hommes. La base était attaquée début décembre par une colonne de plus de huit cent phalangistes et membres de la Guardia Civil, qui sera repoussée.

Le 4 février 1937, avec une colonne de près de deux cent guérilleros, Manuel Flores Flores, sous le feu incessant des troupes lancées à leur poursuite, après avoir traversé les lignes franquistes, parvenait à passer en zone républicaine par Medellin. Beaucoup de ces hommes allaient s’enrôler dans le XIV Corps d’armée composé de guérilleros. Mariano Flores a été tué en 1937 près de Sotiel Coromada (Huelva) avec deux de ses hommes dans un affrontement avec la Guardia Civil.


Dans la même rubrique