Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
ALBEROLA SURINACH, Octavio « El LARGO » ; « JUAN »
Né à Alayor (Baléares) le 4 mars 1928 - Ingénieur - FIJL-MLE - CNT - CGT - Grupo Primero de mayo
Article mis en ligne le 23 novembre 2006
dernière modification le 1er juillet 2017

par R.D.
logo imprimer
JPEG - 23.6 ko
Germinal Gracia & Octavio Alberola (Caracas, 1960)

Fils des militants libertaires José Alberola Navarro et Carmen Surinach, Octavio Alberola avait suivi à la fin de la guerre ses parents en exil au Mexique où il fit des études d’ingénieur. Il y participait à l’organisation des Jeunesses Libertaires et à la fondation de leur organe Alba Roja(Mexico). Il participait activement à l’aide aux révolutionnaires cubains du Mouvement du 26 juillet.

Après la réunification du mouvement libertaire espagnol, il représentait, à partir de 1960, avec Cipriano Mera Sanz et Juan García Oliver, la Fédération Ibérique des jeunesses Libertaires (FIJL) au sein de Defensa Interior (DI) l’organisme chargé de la lutte antifranquiste au sein du MLE. En 1962 il se fixait en France où il allait résider clandestinement avec l’aide de nombreux camarades.

Représentant de la tendance activiste, Octavio Alberola Surinach El Largo participait à plusieurs opérations antifranquistes et très vite s’affrontait aux Comités confédéraux leur reprochant leur immobilisme. En 1966 il était chargé de la coordination entre le Comité péninsulaire de la FIJL et l’extérieur. Il était le responsable du Grupo primero de mayo auteur de nombreux attentats contre le régime franquiste. Arrété le 9 février 1968 en Belgique, après une tentative de séquestration d’un ministre, il était emprisonné cinq mois puis assigné à résidence.
Son père José, avait été, entre temps, assassiné le 1er mai 1967 à Mexico par des agents franquistes.

En 1971 il rentrait clandestinement en France où il collaborait au journal Frente Libertario. Lié aux Groupes d’Action Révolutionnaire Internationalistes (GARI), il était impliqué en mai 1974 dans l’affaire de l’enlèvement du banquier Adolfo Suarez. Arrêté à Avignon, il restait emprisonné près de neuf mois.

Après la mort de Franco et après la scission de la CNT, il collaborait au secteur rénové puis à la CGT et en France participait aux activités du COJRA. Dans les années 1980-2000 il animait sur Radio Libertaire l’émission "Tribuna latino americana".
Au début des années 2000 il était avec Antonio Martin Bellido l’un des animateurs du groupe d’appui à la révision du procès des militants libertaires Joaquin Delgado Marinez et Francisco Granado Gata garrotés le 13 août 1963.

Oeuvre : avec A. Gransac : El anarquismo español y la accion revolucionaria 1961-1974 (Ruedo Iberico, 1975) -.Los problemos de la ciencia, Determinismo y libertad (Toulouse, 1951) ; - Anarchistes contre Franco : action révolutionnaire internationale, 1961-1975 (Ed. Albache, 2014) ; - La révolution entre hasard et nécessité (Atelier de création libertaire, 2017).

P.S. :

Sources : M. Iñiguez "Esbozo...", op. cit. // Solidaridad Obrera (secteur rénové), Barcelone, n°2, juin 1985 (interview d’O.Alberola) // O. Alberola "El anarquismo español...", op. cit// La oposicion libertaria al regimen de Franco.-Fundacion Salvador Segui, 1993//


Dans la même rubrique



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2