Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
BLANCAS PINO, Francisco « El VENENO »
Né à Adamuz (Cordoba) le 26 mars 1921 - mort le 8 janvier 2011 - - PCE - Groupe de Francisco BLANCAS PINO "VENENO" - Ciudad Real (Nouvelle Castille) & Caceres & Tolède (Estrémadure) - Nancy
Article mis en ligne le 13 février 2007
dernière modification le 29 mai 2014

par R.D.
logo imprimer

Le guérillero communiste Francisco Blancas Pino Veneno, qu’il ne faut pas confondre avec l’anarchiste Norberto Castillejos Jimenez surnommé également Veneno, était membre de la Primera Agrupación Guerrillera de Extremadura y Centro et en 1946 responsable de l’état-major de la 13è division de Joaquin Ventas Cintas Chaquetalarga .

Selon les mémoires de Victorio Vicuña qui en 1946 avait été envoyé par le Parti Communiste dans la zone de Ciudad Real pour unifier les petits groupes de guérilleros socialistes, anarchistes et communistes, cette unification eut lieue lors d’une réunion des représentants de tous les groupes à Despeñaperos. Au cours de cette réunion Victorio Vicuña accompagné de Remigio, un expert en explosifs, avait tenu une conférence technique sur la guerre de guérilla et l’utilisation des armes et explosifs. Les réticences de la CNT auraient alors disparues et les groupes auraient acepté de rejoindre l’Agrupación et Francisco Blancas Pino Veneno avait été nommé à l’Etat major de l’Agrupación. Cette unité ne durera guère puisque cette même année 1946 Francisco Blancas Pino prenait son autonomie par rapport à Chaquetalarga et organisait son propre groupe avec les restes de la 22° Division de la 2ème Agrupación, dont Aurelio Rodríguez Juárez Viriato, Bonifacio García Sánchez Hijo Del Electricista,Lorenzo Torribio Sánchez Parachuta, Atanasio Herrera Mingallon Chato, Francisco Collado Llorente Pedro, Miguel Barba Peña Jesús El Aldeano, et Esteban Navas Ruiz Peñas Negras.

C’est le groupe de Francisco Blancas Pino qui avait saboté la voie ferrée Madrid-Badajoz le 2 janvier 1947 près de Ciudad Real provoquant d’importants dégats. Le 22 février ils abattaient Vicente Melgader le secrétaire de la phalange de Poblete. En avril à las Hornias de Piedrabuena, district de Porzuna, ils abattaient Júlian Sánchez Palomares et ses deux fils Antonio et Damaso, après les avoir enlevés et avoir touché une rançon de 15000 pesetas. Le 28 mai Francisco Blancas Pino commettait un nouvel enlèvement et récupèrait une rançon de 27.000 pesetas sur le district de Corral de Calatreva ; le mois suivant un nouvel enlèvement d’un habitant de Miguelturra (Ciudad Real), lui rapportait une rançon de 15.000 pesetas. Puis il disparaissait de la zone de Ciudad Real en juillet et n’y réapparaissait qu’en février 1948.
Il organisait alors plusieurs petites expéditions contre des fermes du district de Piedrabuena. En juin 1948 il était dans la région d’Helechosa de los Montes (Badajoz), et poussait jusqu’à la province de Caceres.

En janvier 1949 étaient capturés près de Ciudad Real Atanasio Herrera Mingallón Chato, Francisco Collado Llorente El Pedro et Miguel Barba Peña Jesus El Aldeano tandis que Francisco Blancas Pino Veneno était accroché sur le district de Piedrabuena. Francisco Blancas Pino repassait alors en Estremadure où il allait commetre de nombreuses attaques dans toute la province de Caceres Le 31 mai 1949 il s’emparait de 11.000 pesetas à Valdeposadas. Il n’allait plus cesser de passer des provinces de Ciudad Real à celle de Caceres et de Tolède et vice versa et allait poursuivre la luttejusqu’en 1955, faisant ainsi partie des derniers groupes de guérilla en Nouvelle Castille et en Estrémadure. Il réalisait des attaques tour à tour sur les districts de Porzuna (Ciudad Real) en mars 1950, puis dans la zone de Guadalupe (Caceres), puis en 1952 dans la province de Badajoz, et réapparaissait en 1954 à Retuerta (Ciudad Real). Le 17 aout 1954 Esteban Navas Ruiz Peñas Negras un de ses hommes, très malade, se rendait à la Guardia Civil.

En juin 1955 Francisco Blancas Pino Veneno, Aurelio Rodríguez Juárez Viriato, Bonifacio García Sánchez Hijo Del Electrico et Lorenzo Toribio Sánchez Parachuta parvenaient à passer en France. Francisco Blancas Pino résidait alors à Nancy (5 rue du moulin).

Francisco Blancas Pino est décédé à Béziers (Hérault) le 8 janvier 2011.

P.S. :

Sources : A. Ruiz Ayucar "El partido comunista...", op. cit. // F. Aguado Sanchez "El maquis...", op. cit. // A. Sorel "Busqueda...", op. cit. // J. Vilar Izquierdo "La guerrilla...", op. cit. // F. Moreno Gomez "La resistencia...", op. cit. // S. Serrano "Maquis...", op. cit. //Entretien de la radio espagnole avec F. Blancas Pino, février 2007


Dans la même rubrique

0 | 5

BLASCO FERRER, Julian
le 26 mars 2017
par R.D.
BLASCO BLASO, Rafael
le 25 février 2017
par R.D.
BLESA MARTINEZ, Antonio
le 11 septembre 2016
par R.D.
BLANCO, Pedro
le 13 mai 2015
par R.D.
BLASCO RAMIREZ, Eusebio
le 21 décembre 2014
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2