Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
FERRER CANO, Tiburcio
Né vers 1902 à Fuentelespino de Moya (Cuenca)- mort le 16 février 1989 - MLE – CNT - AGL - Catalogne – Valence (Levant) – Carcassonne (Aude)
Article mis en ligne le 9 août 2013
Dernière modification le 22 juin 2014

par R.D.

Tiburcio Ferrer Cano, qui résidait à Valence avec sa compagne Hermenegilda Pérez Garcia, avait participé dès le coup d’état franquiste de juillet 1936 aux patrouilles à Valence de la Garde populaire antifasciste. Il avait été présent lors des affrontements survenus place Tetuan entre miliciens de la Colonne de Fer été miliciens communistes. Puis il avait fait l’ensemble de la guerre civile dans la Colonne Durruti puis dans la 26ème Division. Il était passé par une école de formation militaire à Paterna dont il était sorti avec le grade de lieutenant d’infanterie et affecté à la 4ème Compagnie de la 119ème Brigade Mixte de la 26ème Division. A son arrivée comme lieutenant dans la Division qui manquait d’armement, il eut quelques problèmes avec d’autres compagnons, après avoir pris l’arme d’un simple milicien, ce qui provoqua un scandale et faillit le faire traduire au fronnt devant un tribunal militaire.

Blessé à la fin de la guerre et après avoir été soigné dans un hôpital de Barcelone, il était allé en convalescence chez lui à Valence d’où il gagna Alicante pour tenter d’être évacué vers la France. Fait prisonnier le 24 avril 1939, il fut interné dans divers camps et condamné à 12 ans de prison pour « aide à la rébellion ».

Remis en liberté conditionnelle en novembre 1941, il retourna à Valence où il s’intégra à la CNT clandestine. Dans les années 1945-1946 il servit d’agent de liaison entre la CNT de la zone et le groupe de guérilleros commandés par le militant communiste Juan Ramon Delicado Gonzalez Delicado de l’Agrupacion Guerrilera de Levante (AGL). Il l’accompagna à plusieurs reprises dans plusieurs campements et lors de réunions. Ces contacts avec la CNT rendirent suspect J.R. Delicado et furent sans doute à l’origine de son exécution en novembre 1946 sur ordre du PCE.

En juin 1946 Tiburcio Ferrer aurait été arrêté avec Luis Lopez Sanchez à Barcelone où les deux hommes devaient se procurer des munitions pour la guérilla. Ils auraient été ensuite transférés à Valence mais auraient rapidement été remis en liberté. Tiburcio Ferrer était ensuite passé en 1947 en France où il s’installa à Carcassonne (Aude) où il fut rejoint peu après par sa compagne et leur deux filles. Il continua de militer à la CNT de l’exil.

Tiburcio Ferrer Cano est mort à Carcassonne le 16 février 1989.


Dans la même rubrique

0 | 5

FERRERAS, Francisco
le 25 février 2017
par R.D.
FERRIZ AGUILAR, Angelina
le 29 novembre 2014
par R.D.
FERRY, Eusebio
le 19 juillet 2014
par R.D.
FERRAN, E.
le 28 mai 2014
par R.D.
FERRER, Juan
le 9 avril 2014
par R.D.