Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
VILARDAGA PERALBA, Emilio
Né à Gironella (Barcelone) le 26 janvier 1912 – mort le 8 septembre 1969 - MLE – CNT – MLR – Barcelone (Catalogne) – Chartres & Dreux (Eure et Loir)
Article mis en ligne le 8 juin 2013

par R.D.
logo imprimer
JPEG - 9.4 ko
Emilio Vilardaga Peralba

Emilio Vilardaga Peralba avait commencé à militer très jeune dans le mouvement libertaire lorsqu’il travaillait aux mines de Sallent puis semble-t-il à la Compagnie téléphonique et avait été arrêté à plusieurs reprises à Barcelone.

Après la coup d’état franquiste de juillet 1936, il fut milicien dans la Colonne Tierra y Libertad à partir de septembre 1936. Puis lors de la militarisation il avait été nommé commissaire du second Bataillon de la 153è Brigade Mixte jusqu’en mars 1938 où il fut nommé Milicien de la culture.

Exilé en France lors de la Retirada, il fut interné dans divers camps. En 1943 il retournait en Espagne et futt brièvement détenu à Barbastro pour pasage clandestin de frontière avant de revenir en France.

Emilio Vilardaga à la fin de la Seconde Guerre mondiale était rentré en Espagne pour participer à la clandestinité à Barcelone et dans la comarcale du Haut Llobregat. Il avait alors appartenu au Mouvement Libertaire de Résistance (MLR) organisé par Liberto Sarrau Royes puis s’en était séparé. Arrêté en 1946 et condamné à dix ans de prison, il fut interné à la Modelo de Barcelone où réquisitionné pour faire partie de la chorale de la prison, il refusera de s’y intégrer pour ne pas avoir à chanter la messe. Employé au bureau de la 6è galerie, il y fut d’une aide appréciable pour l’organisation interne de la CNT et de la FIJL. C’est grâce à lui si, entre autres, Manuel Llatser Tomas et Diego Camacho Escamez, puis plus tard Liberto Sarrau, se retrouveront internés dans la même cellule. Il sera évincé ensuite de ce poste essentiel suite aux intrigues de militants communistes. Il participa également au bulletin clandestin La Voz Confederal édité à la prison Modelo entre 1947 et 1949.

Sa compagne, Eulalia Pajerols Caas Laieta, fille d’un militant mort en déportation en Allemagne, avait également été arrêtée pour avoir collaboré avec le groupe de Francisco Sabaté Llopart Quico. Il fut ensuite interné à Burgos et à Zamora.

Á leur libération de prison début 1952, tous deux passeront en France en janvier 1953 où ils militeront à la CNT de l’exil de la région de Chartres puis à partir de 1959 à Dreux. Sa connaissance de l’anglais avait permis à Emilio Vilardaga de trouver un emploi sur une base américaine, puis après la fermeture de ces bases en France, de devenir employé d’une entreprise de construction.

Emilio Vilardaga Peralba, qui avait également été membre du groupe artistique Relejos de España, est mort à Dreux le 8 septembre 1969 lors d’un accident de travail.

P.S. :

Sources : M. Iñiguez "Enciclopedia...", op. cit.// Espoir, Toulouse, n°407, 9 novembre 1969 (nécro. de M. Llatser) // Lettre d’Antonia Fontanillas, 27 septembre 1986 // Lettre de M. Llatser, 31 octobre 1986//

Iconogr. : A. Fontanillas.


Dans la même rubrique

0 | 5

VILLANUEVA LLEBRET, Manuel
le 17 juillet 2016
par R.D.
VILLACAMPA ARNAL, Eugenio, Luis
le 14 juin 2015
par R.D.
VILLANUEVA BONILLO, Ricardo
le 4 octobre 2014
par R.D.
VILELA RUBIO, Angel
le 11 septembre 2013
par R.D.
VILLANOVA, Agustin
le 11 août 2013
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2