Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
BAYON GONZALEZ, Jesus « CARLOS » ; « MANOLO » ; « COMANDANTE CARLOS » ; « Antonio RODRIGUEZ VELOZ »
Né à Llanos de Someron (Asturies) en 1908 - tué le 13 septembre 1946 - PCE - Groupe de Jesús BAYÓN GONZÁLEZ "CARLOS" - Asturies - Cáceres (Estrémadure) & Albacete (Manche)
Article mis en ligne le 2 février 2007
dernière modification le 20 juillet 2013

par R.D.
logo imprimer

Emigré en Argentine en 1929, Jesus Bayón González retournait en Espagne peu avant le début de la guerre civile à laquelle il participait dans les rangs de l’armée républicaine. Membre de la Commission d’évacuation du PCE, il était fait prisonnier à la fin du conflit dans le port d’Alicante et interné au camp d’Albatera dont il s’évadait quelques mois plus tard.

JPEG - 46.6 ko
Jesus Bayon Gonzalez

Retourné aux Asturies il travaillait comme ouvrier des chemins de fer et participait à la réorganisation du noyau du PC dont il allait être le représentant au sein de l’organisme dirigé par Heriberto Quiñones González. Lors de l’arrestation de ce dernier le 30 décembre 1941 avec Angel Fermin Cardin et ses principaux collaborateurs, Jesus Bayón parvenait à s’échapper et devenait le responsable provisoire d’une Commission nationale qui assumait la direction du PC en Espagne. Début juin 1942 il était remplacé par Jesus Carreras Olascoaga qui venait d’arriver à Madrid et qui sera arrété fin février 1943. Début mars 1943 toute la Commission nationale était emprisonnée : Jesus Bayón, Calixto Doñoro, Luis Espinosa Casado, Agapito Del Olmo et Ramon Guerreiro Gómez. Le 14 mars 1944 Jesus Bayón González s’évadait de la prison de Carabanchel avec Ramon Guerreiro et tous deux s’intègraient à la guérilla.

José Isasa Olaizola Fermin, responsable de l’Ejercito Nacional Guerrillero à Madrid, l’envoyait alors pour organiser la guérillera dans la zone de la Manche. C’est au cours d’une réunion à laquelle il était mandaté par le parti que, début 1945, des groupes de guérilla de Cáceres, Avila, Tolède et Ciudad Real s’unissaient pour former l’Agrupación dont il était nommé responsable. La 1° Agrupación de Extremadura del Ejercito guerrillero del centro regroupait alors cent quinze guérilleros dans trois Divisions comptant chacune trois brigades : les 12, 13 et 14° Divisions commandées respectivement par Pedro Diaz Monje El Frances, Joaquin Ventas Cinta Chaquetalarga et Jesus Gómez Recio Quincoces. En 1945 la 1° Agrupación Guerrillera de Extremadura y Centro avait pour zone d’action les provinces de Cáceres,Tolede, Avila, Madrid et les limites nord de Badajoz. Jesus Bayón avait son quartier général dans la Sierra de Altamira (Cáceres).

Fin octobre 1945, sous le nom de Antonio Rodriguez Veloz, il organisait une réunion au mont Cordoba, district de Villarobledo (Albacete), afin d’organiser la guérilla dans cette région où il venait d’arriver avec José Diaz Estévez Piti, Antonio Moreno Manzano Lister, José Hernández Vaquero Tato, Manuel Cruz De La Torre Cruz et Juan Criado Acosta Antonio El Andaluz. Il formait la 5° Agrupacion de Guerrilleros de Extremadura-Centro, commandée par Alfonso Ortiz Calero Magro et composée de trois guérillas. Il réorganisera cette Agrupación début 1946 lors d’une réunion à la propriété Chulo de Castanares, district d’El Provenco. Il fit ensuite un bref séjour à Madrid comme chef du Conseil Général de la Résistance, puis regagnait la Sierra de Altamira (Caceres), à la tête de la 1° Agrupación. Il participait au dévelopement de la 11° Division appelée Agrupación de Gredos dont il sera finalement destitué en 1946 sur ordre du parti après avoir refusé de rencontrer en avril Pedro Rodríguez González Maquis envoyé par le PCE pour le remplacer.

Jesus Bayón Rodríguez Carlos a été tué le 13 septembre 1946 avec Manuel Tabernero Antoña Lyon responsable de la Division de Gredos, lors d’un affrontement avec la Guardia Civil à la ferme Machuca près de Talavera de la Reina (Tolède), tandis qu’étaient capturés José Llerandi Segura Julián, Lorenzo de Vera Corrochano et Manuel Bueno Sabaro Maquinista. Seul Fernando Bueno Sabaro Cuáter était parvenu à s’échapper.

P.S. :

Sources : J. Vila Izquierdo "La guerrilla antifranquista...", op. cit. // A. Ruiz Ayucar "El partido comunista...", op. cit. //F. Aguado Sanchez "El maquis...", op. cit. //H. Heine "La oposicion...", op. cit. // S. Serrano "Maquis...", op. cit. // E. Pons Prades "Guerrillas...", op. cit. //


Dans la même rubrique

0 | 5

BATLLORI SALLERAS, Concepcion
le 21 octobre 2018
par Webmestre
BAYON PEQUENO, Francisco
le 3 août 2016
par R.D.
BASELGA CATALAN, Aquilino « AQUILES »
le 16 septembre 2014
par R.D.
BASTERRA, Juan-José
le 14 septembre 2013
par R.D.
BAYOT (ou BAYOD) RIBAS, Josefa
le 22 juillet 2013
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2