Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
RODRIGUEZ URENA, Manuel « Arturo RUSINOL MAURI »
Né à La Cañada de Calatrava (Ciudad Real), le 5 septembre 1916 – mort le 11 décembre 1985 - Mécanicien – MLE – CNT - Saragosse (Aragon) – Cantal – Hautes Alpes
Article mis en ligne le 25 octobre 2012
Dernière modification le 5 février 2019

par R.D.

Passé en France lors de la Retirada, , Manuel Rodríguez Ureña, qui avait notamment combattu à Guadalajara, avait été affecté à une Compagnie de travailleurs étrangers au barrage de l’Aigle (Cantal) où se reconstitua dans la clandestinité la CNT. En 1944 il était l’un des 75 membres de la Compagnie espagnole (voir Juan Montoliu del Campo) du Bataillon Didier (FFI) qui participait à la libération de la région.

Il était en 1945 le secrétaire de la régionale n°3 (Cantal-Auvergne) de la CNT en exil. Il en fut le délégué lors du plenum de régionales tenu en août 1946.

En décembre 1947, il fut envoyé, sous l’identité de Arturo Rusiñol Mauri en Espagne à Saragosse pour organiser un réseau de passage et préparer un attentat contre le général Franco. Il y monta rapidement une société de transports couvrant ses activités clandestines. Lors du congrès clandestin de la CNT qui se tint en 1948 à la Cité universitaire de Madrid, il fut un des délégués de la régionale aragonaise.

Manuel Rodríguez Ureña a été arrêté lors des rafles d’août 1948 où seront emprisonnés 27 militants libertaires à Saragosse. Il sera violemment battu par la police qui lui perforera un poumon. Traduit devant le conseil de guerre réuni le 15 juin 1949 à Saragosse contre ces militants – dont Luciano Navarro Alegre, José Gonzalez Feijoo, Gregorio Betored Ade, José Medina Royo, Ignacio Langarita Langarita, Pedro Randa Yus - , Manuel Rodríguez Ureña a été condamné à douze ans et un jour de prison. En 1950 il était interné à Cuellar.

Après sa libération il était passé en France où en 1958 il résidait dans les Hautes Alpes à Espinasses et collaborait à la presse libertaire de l’exil dont Espoir et Cenit.

Manuel Rodríguez Ureña, qui était le gendre de José Berruezo, est mort à Aix en Provence le 11 décembre 1985.


Dans la même rubrique