Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
PENIDO IGLESIAS, José
Né à Santiago de Compostelle (La Corogne) le 12 février 1894 (ou le 13 février 1895 ?) - Infirmier – FAI – CNT – Oviedo (Asturies) – Galice – Toulouse (Haute Garonne) – Venezuela
Article mis en ligne le 20 juin 2012
dernière modification le 14 juillet 2012

par R.D.
logo imprimer

Emigré en Amérique, José Penido Iglesias n’avait pas terminé ses études de médecine et travailla comme infirmier. C’est en Amérique puis aux Asturie où il était revenu, qu’après avoir été quelque temps membre de Izquierda Republicana, il s’inita au syndicalisme et commença à militer à la CNT.

Au moment du soulèvement franquiste de juillet 1936 il se trouvait à Gijon où il était membre du groupe Tierra de la Fédération anarchiste ibérique (FAI) et du comité de l’Agrupacion confederal Galaica. Il fut alors l’un des organisateurs du Bataillon Galicia (n°219) dont il fut nommé responsable. Puis après la militarisation il fut nommé commandant de la 3ème Brigade Mixte (13ème Division) avec laquelle il participa aux combats aux Asruries, notamment à la bataille du Mazucu puis en Euskadi à Bilbao. Après la chute du front nord il parvint à rertourner en zone républicaine à Barcelone et Madrid et fut nommé responsable de la 39ème Brigade Mixte puis de la 5ème Division.

Fait prisonnier à la fin de la guerre à Alicante, il fut interné au camp d’Albatera où, employé à l’infirmerie, il facilita les contacts poiut la réorganisation de la CNT et la fourniture de faux ordres de libération. Il fut ensuite emprisonné à Porta Coeli, condamné à 12 ans de prison à Gijon et interné à Alfaro (1942) et à San Sebastian.

Dès sa libération conditionnelle en mars 1943 il s’intégra à la CNT clandestine et fut nommé secrétaire du Comité régional des Asturies. Le 1er janvier 1945 il fut arrêté à son domicile avec les compagnons du Leon Jacinto Rueda Pérez et Porfirio Blanco Garcia qui étaient alors en mission organique. Tous trois avaient été transférés au siège de la DGS à Madrid, mais furent libérés le 6 janvier faute de preuves. Cette même année 1945 il représenrait le Comité Natinal au plenum de la réginale nord tenu à Barracaldo. En mars 1946 il participait au plenum national de la CNT où il fut nommé délégué général à l’extérieur en remplacement de Manuel Vicario .C’est à ce titre qu’il signa alors la motion présentée par Juan José Luque Argente appuyant les contacts avec les monarchistes dans la lutte contre Franco.

En France, continuant à défendre les thèses de la tendance possibiliste de la CNT, il collabora noramment aux journaux Accion (1946) et Exilio (Aynes, 1946) et participa au plenum tenu à Toulouse en décembre 1947 où il défendit la motion sur les relations avec l’UGT socialiste. L’année suivante il se qualifia d’anarcho-monarchiste, partisan de la restauration, et avec Miguel Vazquez et Chamorro forma un Comité régional de Galice qui édita le journal Solidaridad (Toulouse, 1948-1950).

Il émigra ensuite au Venezuela où en 1956 il présidait le Centre galicien et au début des années 1960 était membre de la direction de la Hermanidad Gallega de Venezuala. José Penido Iglesias rentra en Espagne en 1964 et s’installa en 1966 à Madid.

P.S. :

Sources : M. Iñiguez « Enciclopedia… », op. cit.// J.M. Molina "El movimiento clandestino...", op. cit.// Historia del anarquismo leones...", op. cit. // A. Tellez "A guerrilla antifranquista...", op. cit. // J. Guijarro Gonzalez “La oposicion libertaria al franquismo : Sevilla, años 40”//


Dans la même rubrique

0 | 5

PENARROYA, Vicente
le 21 octobre 2018
par Webmestre
PEDROL FERNANDEZ, Gumersindo
le 25 février 2017
par R.D.
PENA IBANEZ, Ramon
le 22 janvier 2017
par R.D.
PENA, Juan de la
le 13 novembre 2016
par R.D.
PELAYO BLANCO, Eduardo « El LARGO »
le 14 août 2016
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2