Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
Né à Montilla (Cordoba) - mort le 2 octobre 1981
ARMADA RUZ, Rafael
PCE - Madrid (Nouvelle Castille) - Séville & Grenade (Andalousie)
Article mis en ligne le 8 janvier 2007
dernière modification le 27 octobre 2007

par R.D.
logo imprimer

Après la guerre civile Rafael Armada Ruz s’était réfugié au Mexique puis en Argentine. Envoyé par le Comité central du PCE, Rafael Armada Ruz arrivait du Mexique en Espagne en avril 1945. Il s’établissait d’abord à Madrid puis à Séville où il dirigeait le comité régional du PCE tandis que José Merediz Victori Tarbes était responsable des guérillas. En mai 1946 il participait à Madrid au "tribunal" du parti présidé par Agustin Zoroa Sánchez Dario pour juger José Muñoz Lozano Roberto, accusé de négligences et de la responsabilité de la mort de Ramón Vía Fernández le responsable militaire des guérillas des provinces de Malaga, Grenade et Almeria. José Muñoz Lozano qui était à cette époque le responsable politique de la région, était sommé de s’intégrer immédiatement à la guérilla pour racheter ses fautes.

Le 17 janvier 1947, quatre jours après l’arrestation de José Merediz Victori Tarbes, Rafael Armada Ruz était arrêté à Grenade avec Ramiro Fuentes Ochoa Mariano responsable militaire en 1946 de l’Agrupación Guerrillera de Granada et quatre autres guérilleros. C’est après ces arrestations que José Muñoz Lozano Roberto était chargé de la province de Grenade et organisait l’Agrupación Guerrillera Granada-Malaga plus connue sous le nom d’Agrupación Roberto et comprenant 124 guérilleros.

Jugé en 1948 avec Ramiro Fuentes Ochoa, Rafael Armada dont le véritable rôle à la tête du Parti communiste andalou était resté inconnu des autorités, échappait à la peine capitale et était condamné à vingt ans de prison pour « détention de propagande ». Il a été interné à la prison de Grenade jusqu’en 1949 puis transféré à Burgos. A sa libération il était parti pour la Hongrie.

Rafael Armada Ruz est mort le 2 octobre 1981 à Alfafar (Valence) où il s’était établi à son retour en Espagne. Responsable du PCE local, il était également au moment de son décés, membre du conseil municipal d’Alfafar.

Un hommage public lui a été rendu le 17 décembre 2004 par la mairie d’Alfafar.

P.S. :

A. Ruiz Ayucar "El partido comunista...", op. cit. //S. Serrano "Maquis...",op. cit. // J. A. Romero Navas "Censo...", op. cit.//


Dans la même rubrique

0 | 5

ARIAS CABRERA, Eduardo
le 15 janvier 2017
par R.D.
ARMANDARIZ OSABA, Jesus
le 12 juin 2016
par R.D.
ARJONA SERRANO, Andres
le 12 juin 2016
par R.D.
ARJONA ORTEGA, Manuel
le 15 mai 2016
par R.D.
ARJONA ESPEJO, Juan
le 15 mai 2016
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2