Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
MARTIN MONTERO, Gabriel « CORRALICO » : « MARIANO » ; « CORALINO »
Né à Mochachil (Grenade) en 1910 – tué le 28 mai 1949 - Berger – MLE – CNT – Groupes de Juan Francisco MEDINA GARCIA « YATERO » & de José MUÑOZ LOZANO « ROBERTO » - Grenade (Andalousie)
Article mis en ligne le 20 octobre 2011

par R.D.

Gabrile Martin Montero Corralico avait été envoyé à la fin de la guerre civile dans un Bataillon de travailleurs dont il était ensuite parvenu à s’évader. Au printemps 1945 –selon certaines sources il se serait intégré dès 1942 au groupe avec José Roman Montoya Roman el de Cenes et Esteban Guerrero Ortiz Estebilla - il était membre avec son frère José Corralico du groupe de Juan Francisco Medina Garcia Yatero.

En novembre 1947 il participait à une réunion avec José Muñoz Lozano Roberto, Alfredo Cabello Gomez Acebo et Francisco Sanchez Giron Paquillo, en vue de l’intégration du groupe au sein de l’Agrupacion Roberto. Peu après les deux frères Martin Montero rejoignaient l’Agrupacion.

Le 8 août 1948 il participait à la séquestration d’Alberto Valdivia Martin pour la libération duquel une rançon de 300.000 pesetas fut demandée.

Le 19 mai 1949 il fit partie du groupe qui enleva Juan Porras Huertas, propriétaire de la ferme Franqueria, libéré contre une rançon de 500.000 pesetas. Le 28 mai 1949, après avoir arrêté Vicente Castillo Muñoz secrétaire de défense du Comité provincial de Grenade de la CNT, des forces de la Guardia Civil commandées par le Capitaine Rafael Caballero Ocaña, investissaient la rue de la Paz où, au n°1 étaient cachés plusieurs guérilleros. Dans l’affrontement qui s’en suivit furent tués José Sanchez Porras Pepe el Catalan et Gabriel Martin Montero Corralico tandis qu’étaient capturés les guérilleros Milenio Pérez Jiménez Modesto, José Garcia Pimentel Orejillas et José Martin Montero Corralico ainsi que les locataires de la maison José Alguacil Carranza, son épouse Manuela Vizcaino Alarcon et leur fils âgé de 4 ans. Le Capitaine Rafael Caballero qui avait été blessé au cours de l’affrontement expliquera publiquement ses regrets de ne pas pu avoir « tuer tout le monde, y compris la femme et l’enfant ».

Selon certains témoignages Gabriel Martin Montero aurait également participé au groupe de Francisco Rodriguez Sevilla Sevilla dans la zone de Monachil.


Dans la même rubrique

0 | 5

MARTIN MARTIN, Pedro
le 17 avril 2016
par R.D.
MARTIN PAMPLONA, Florentino
le 19 septembre 2015
par R.D.
MARTIN PALENZUELA, Dolores
le 20 juin 2014
par R.D.
MARTIN VINALES, Joaquin
le 25 janvier 2014
par R.D.
MARTIN ORT, Abelardo « JORGE »
le 21 octobre 2013
par R.D.