Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
ANDRADE GARCÍA, Benigno « EL FOUCELLAS »
Né à Foucellas (La Corogne) le 22 octobre 1908- garroté le 7 août 1952 - Journalier & manoeuvre - PCE ? - CNT - Curtis (La Corogne)
Article mis en ligne le 19 décembre 2006
dernière modification le 8 septembre 2015

par R.D.
logo imprimer

Benigno Andrade Garcia qui avait d’abord travaillé comme journalier agricole et laitier, avait ensuite été mineur à Fabero où il était vraisemblablement entré en contact avec la CNT. Militant au début des années 1930 du syndicat CNT de Xanceda, Benigno Andrade García aurait participé vers 1934 à la formation d’une cellule communiste à Curtis (La Corogne) où il résidait. En 1936 il travaillait comme manœuvre dans une scierie à Mesia. De petite taille mais de forte constitution, il était membre de la CNT. En juillet 1936 il participait aux affrontements avec la Guardia Civil de Cabruy (La Corogne) et dès le 23 juillet gagnait la montagne où il a été l’un des premiers "fugitifs" de la région galicienne. Il aurait alors participé à une guérilla rurale, le groupe Negreiro dans la zone de Chamarde avec Antonio Sanchez Veiras de la CNT de Xanceda et Jesus Lavandeira ancien président du syndicat CNT des métiers divers de Betanzos. Son appartenance à la CNT a été confirmée par Hermut Heine dans ses travaux sur l’histoire de la guérilla en Galice et par des militants de la CNT qui l’ont connu. il avait pour compagne Maria Perez Mellid.

JPEG - 33 ko
Benigno Andrade Garcia

C’est en 1941 qu’il allait constituer son propre groupe de guérilla et lutter jusqu’en 1952, devenant ainsi un des guérilleros dont l’action allait durer le plus longtemps en Galice. Sa première zone d’action couvrait les districts de Sobrado-Arzúa jusqu’à la zone de Curtis-Ordenes. Il était alors accompagné par Lisardo Freijo Tenente Freixo, ancien lieutenant de l’armée républicaine qui constituera ensuite son propre groupe, et par Manuel Pena Camino.

En 1944, venant de France, arrivait en Espagne Marcelino Rodríguez Fernández Marrofer (dit aussi Asturiano, Chispa) dont la mission était de regrouper et coordonner les divers groupes agissant en Galice sans directives politiques et de les mettre sous l’autorité du parti communiste. Ce dernier parvenait à grouper une cinquantaine de guérilleros avec lesquels il fondait la 4° Agrupación Guerrillera de Galicia. Á cette époque Benigno Andrade García Foucellas maintenait une grande indépendance idéologique. En 1946 il aurait même été condamné à mort par les nouveaux cadres politiques de la guérilla communiste. Toutefois il était nommé en 1947 responsable de la 5° Agrupación dans la province de Pontevedra. Il n’avait alors avec lui que les survivants d’un groupe organisé en 1938 par les frères Rogelio et José García Morales, et qui à la mort de Rogelio le 23 juillet 1939, avait été réorganisé par José et était commandé par Manuel Simón Campos Xanote segondé par Avelino Otero Montes Avelino tous deux militants du PCE.

Le 17 novembre 1947, le groupe de Benigno Andrade, dont la base était à Vilasantar - Curtis (La Corogne) occupait la paroisse de Maceiras-Lalin et en décembre répètait l’opération à Sobrado-Cruces récupérant à chaque fois des armes et près de 400.000 pesetas. En 1948 le groupe agissait surtout sur les districts de Lalin et La Estrada à la recherche de points d’appui, d’agents de liaison et de refuges. En février ils abattaient le grand propriétaire foncier José Cuñarro à Cercio-Lalin et s’emparaient de 7000 pesetas et d’une carabine. Habillés d’uniformes militaires les membres du groupe allaient répéter ce genre d’opération à Botos, Santiso, Cruces, etc.

En avril 1948 Benigno Andrade García divisait ses hommes en deux détachements : l’un de six hommes commandé par le cénétiste Vicente Lopez Novo El Hijo de La Nova (et O Rufino) sur la zone de Puentecesures - Villagarcia et l’autre de quatre hommes commandé par Miguel Nicolas Esperante El Corcheiro. Ce dernier groupe était accroché le 9 avril à Siador-Silleda et El Corcheiro était tué. Les deux groupes s’unissaient alors à nouveau.
Après plusieurs attaques à Cordello, district de La Estrada, le groupe sabotait fin avril la ligne téléphonique Pontevedra-Santiago de Compostelle. Le 17 mai il réalisait une attaque à Paso de Oca. Deux jours plus tard le groupe était localisé dans une maison près de Loureiro-Luou-Teo à une dizaine de kilomètres au sud de Santiago (La Corogne). Dans la soirée du 19 mai la maison était encerclé et incendiée par la Guardia Civil. En tentant une sortie étaient tués Florentino Menéndez Palacio Tino O Asturiano, Ricardo Fernández Carles, Vicente López Novo El Hijo De La Nova et Manuel Agrasar Cajarabilla O Barbarroxa ainsi que le Guardia Civil Manuel Gordón Castro. Seuls parvenaient à s’enfuir José Romuñan Barreiro O Ricardito et Benigno Andrade García qui gagnaient La Corogne.

Ayant totalement repris son autonomie par rapport au Parti communiste, Benigno Andrade García continuait la lutte. En 1951 il distribuait de la propagande et des appels à une action générale pour le 4 juillet.
Le 9 mars 1952, après un mois de recherches incessantes, la police découvrait dans la zone de Betanzos la grotte qui lui servait de refuge avec Manuel Vilar Arnoso Manolito. Blessé de six balles dans les bras et les jambes, Benigno Andrade García était capturé tandis que Manuel Vilar Arnoso était tué de deux balles dans la tête. Au cours de l’affrontement le Guardia Civil Cesareo Díaz Pérez avait été tué et son collègue Nicanor Alvarez blessé.

Condamné à mort le 26 juillet 1952 lors d’un conseil de guerre célébré à l’Agrupación de Sanidad Militar de La Corogne, Benigno Andrade García a été garroté le 7 août 1952 à sept heures du matin à la prison provinciale de La Corogne.

Les seize années passées dans la montagne l’avaient rendu si populaire que les paysans appellaient les guérilleros ou les fugitifs Os Foucellas. Au musée militaire régional de La Corogne, inauguré le 27 mai 1992, est présenté un fusil Mauser modèle 1910 et de calibre 7, légendé "Saisi sur le bandit Benigno Andrade García "Foucellas". Dans le tryptique d’information du Musée, la référence est "le fusil de Foucellas utilisé par ce guérillero après la guerre civile". Le "bandit" était alors officiellement reconnu comme "guérillero" par l’armée espagnole.

P.S. :

Sources : F. Aguado Sanchez "El maquis...", op. cit. // H. Heine "A guerrilla...", op. cit. // A. Ruiz Ayucar "El partido comunista...", op. cit.// S. Serrano "La guerrilla...", op. cit. // E. Pons Prades "Guerrillas...", op. cit.// V. L. Lamela Garcia "Foucellas...", op. cit. // X. Costa Clavell "Las dos caras...", op. cit. // B. M. Vazquez "Galicia na II...", op. cit. //F. Martinez Lopez "Guérillero...", op. cit.// S. Serrano "Maquis...", op. cit.// C. Reigosa "Fuxidos de ...", op. cit. // M. Iñiguez "Enciclopedia...", op. cit. // F. X. Redondo Abal « Botarse ao monte… », op. cit. // E. Fernandez & D. Pereira "O Anarquismo na Galizia...", op. cit. //


Dans la même rubrique

0 | 5

ANTONIO MARTELL, Miguel « TON d’ARCAVELL »
le 11 mars 2018
par Webmestre
ANAYA
le 23 octobre 2016
par R.D.
ANDRES LOPEZ, Marcos
le 27 mars 2016
par R.D.
ANON SANTOS, Juan
le 1er janvier 2016
par R.D.
ANTUNEZ LUNA, Pedro « El de la FELICIANA »
le 6 décembre 2015
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2