Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
AMO, Julio del
PCE - Madrid (Nouvelle Castille) & Oviedo (Asturies)
Article mis en ligne le 18 décembre 2006
dernière modification le 21 novembre 2008

par R.D.
logo imprimer
JPEG - 153.6 ko
Julio del Amo

Lors de son arrestation à Madrid, Julio del Amo maintenait d’importants contacts avec la guérilla communiste aux Asturies. Les forces de répression sélectionnèrent un Guardia Civil et l’internèrent dans la même cellule à la prison de Carabanchel. Se présentant comme communiste et utilisant des informations policières, l’infiltré parvenait à convaincre Julio del Amo de son appartenance au Parti. Après avoir obtenu les informations lui permettant de contacter l’un des groupes les plus importants, celui des frères Corsino, Eduardo et Octavio Castiello García Los Castiellos, la Guardia Civil organisait une fausse évasion que l’indicateur était évidemment le seul à réussir.

Arrivé aux Asturies, ce dernier prenait contact avec un agent de liaison, un certain Pepe, dont le surnom Puente venait du fait qu’il vivait dans la zone de Puente Nuevo à Infiesto. Puis avec l’aide de bergers de Priede, près d’Infiesto, il parvenait à s’infiltrer dans la guérilla. Pour gagner la confiance des guérilleros, il participait à diverses attaques y compris à des attentats contre les forces de l’ordre et installait même un émetteur radio à Cuturraso, petit village près de Lada, chez un couple qui servait de point d’appui à la guérilla.

Parvenu à ses fins, il informait les divers groupes qu’un chargement d’armes venant de l’extérieur allait être effectué et distribué en trois points différents des Asturies à l’aide d’une camionnette de la Croix rouge. C’est le 27 janvier 1948 que la tragédie était consommée. En une seule nuit étaient abattus par les commandos de la Guardia Civil dix neuf guérilleros communistes dont les trois frères Castiello García Los Castiellos, Alfredo Ordieres Tarzan à Playa Franca de Llanes, Onofre, Raque, Aurelio Caxigal, Pin, Felix et d’autres à Puente Nuevo de Infiesto, Constantino Zapico Boger, Manolin, Pollo et David à Santo Emiliano, près de Mieres.

P.S. :

J. A. Sacaluga "La resistencia socialista...", op. cit.// S. Serrano "Maquis...", op. cit.//


Dans la même rubrique

0 | 5

ANTONIO MARTELL, Miguel « TON d’ARCAVELL »
le 11 mars 2018
par Webmestre
ANAYA
le 23 octobre 2016
par R.D.
ANDRES LOPEZ, Marcos
le 27 mars 2016
par R.D.
ANON SANTOS, Juan
le 1er janvier 2016
par R.D.
ANTUNEZ LUNA, Pedro « El de la FELICIANA »
le 6 décembre 2015
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2