Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
CANDELA, Evaristo « O EVARISTO » ;"FRANCO, Angel" ;
Né en Andalousie - mort en février 1988 - Groupe de José NEIRA FERNANDEZ "O NEIRA" - La Corogne (Galice) - Paris
Article mis en ligne le 13 mars 2008
dernière modification le 5 novembre 2013

par R.D.
logo imprimer
JPEG - 301.9 ko
Evaristo Candela, Francisco Gomez Nuñez & Eusebio Gonzalez Pedreira

Marin sur le bateau Almirante Cervera au moment du soulèvement franquiste, Evaristo Candela, qui était né en Andalousie et avait passé sa jeunesse en Catalogne, était parvenu à s’échapper après que la résistance ait échoué à bord. Evaristo Candela O Evaristo a été ensuite en Galice membre du groupe du guérillero cénétiste José Neira Fernandez O Neira. Dans un premier temps il avait voulu aller aux Asturies avec Antonio Molins Valle O Noy, Ramon Vizoso et d’un certain Demetrio, puis s’était intégré au groupe guérillero opérant dans la région de Viveiro (Lugo). En 1942, avec l’aide de militants communistes, il resta caché 20 jours, sous la fausse identité de Angel Franco, dans une clinique privée de La Corogne pour une opération de l’appendicite.

Dans la nuit du 15 décembre 1946 il fit partie, du groupe de vingt deux guerilleros et agents de liaison qui embarquaient sur une plage de Vicedo-Viveiro (Lugo) et qui, après bien des péripéties, débarquaient six jours plus tard près de Bayonne. Cette évacuation organisée par Antonio Paleo Saavedra et qui avait couté 60.000 pesetas, comprenaient Evaristo Candela et sa compagne Lola, Antonio Molins Valle et sa compagne Evangelina et Ramon Vizoso membres de son groupe, Domingo Vilar Torres, Vicente Lage Fernandez Chicharro, José Antonio Franco Basanta Manchego, Evaristo Eivar Vilar, Antonio Paleo Saavedra, Francisco Gomez Nuñez Trotsky, Ramon Chaves et Eusebio Gonzalez Pedreira (groupe de Viveiro), Amador Barcia Fernandez Xicos, Eugenio et Antonio Vilar Pereira, Manuel Vilar Pazos, José Piñeiro et Manuel Rodriguez Pérez Galan (groupe du Ferrol) ainsi que l’équipage du bateau de pêche Santa Teresa, Laureano Pérez Rubiños, José Soto et Mosquera.

Evaristo Candela O Evaristo est mort à Paris en février 1988.

P.S. :

Sources : H. Heine "A guerillas...", op. cit. // S. Serrano "Maquis...", op. cit. // F. X. Redondo Abal « Botarse ao monte… », op. cit. // Témoignage d’Eusebio Gonzalez Pedreira (décembre 2008) //


Dans la même rubrique

0 | 5

CANON IBANEZ, Federico « LUIS »
le 22 janvier 2017
par R.D.
CAMACHO, Antonio
le 12 août 2016
par R.D.
CAMPRUBI ARDERIU, Miguel
le 12 août 2016
par R.D.
CAMPO CAMPO, Antoliano “MAQUI”
le 28 février 2016
par R.D.
CAMPILLO MARTINEZ, Juan
le 3 août 2015
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2