Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
CENTENO SIERRA, Tomás
mort sous la torture le 22 février 1953 - Comptable - PSOE - UGT - Madrid (Nouvelle Castille)
Article mis en ligne le 2 juin 2007
dernière modification le 1er juin 2014

par R.D.
logo imprimer
JPEG - 23.1 ko
Tomas Centeno Sierra

Après la guerre, Tomas Centeno Sierra avait purgé une longue peine dans les prisons madrilènes de Porlier puis de Yeserias.

Secrétaire de la commission exécutive du PSOE et principal responsable de la timide renaissance de l’organisation socialiste, Tomás Centeno Sierra avait été arrêté à Madrid à la mi février 1953 avec une quarantaine de militants du parti dont Rafael Gonzalez Gil le secrétaire à l’organisation du parti. Selon la police Tomas Centeno s’occupait avec Rafael Gonzalez d’un commerce de fabrication de marbre artificiel qui leur permettait de mener leurs activités clandestines.

Mis à la disposition de la Brigade Politico Sociale le 20 février, il décédait "d’une hémorragie" le 22. Les autorités diront qu’il s’était suicidé "avec un ressort du sommier de sa cellule". Une autre version officielle maintiendra "qu’il s’était coupé les veines" alors qu’il était mort au cours d’un interrogatoire sous les coups, vraisemblablement le jour même de son arrestation.

Le 22 février, son frère et son fils âgé de 12 ans, convoqués pour reconnaître le cadavre dans un dépôt du cimetière de Madrid, avaient pu constater que les poignets de Centeno ne présentaient pas de traces de coupures, mais que l’un des coudes de la victime était fraccturé et la présence de plusieurs echymoses

En plus de dix ans de luttes clandestines, Tomás Centeno Sierra fut le seul militant socialiste d’une certaine importance, mort victime de la répression franquiste.

P.S. :

Sources : J. A. Sacaluga "La resistencia socialista...", op. cit. // H. Heine "La oposicion politica...", op. cit. // Policia, Madrid, mai 1953 // Endevant, février - Mars 1953 // F. Jauregui & P. Vega "Cronica del antifranquismo...", op. cit. // Le Populaire, paris, 2 mars 1953 // Euzko Deya, Paris, supplément au n°357, 3 mars 1953// L’Observateur, Paris, 12 mars 1953// Solidaridad Obrera, Paris, 14 mars 1953//


Dans la même rubrique

0 | 5

CEPERO CORTIJO, Pascual
le 19 septembre 2015
par R.D.
CEBOLLERO AGUILAR, Tomas
le 19 septembre 2015
par R.D.
CENO, André
le 6 avril 2014
par R.D.
CELEST, Pedro
le 5 janvier 2014
par R.D.
CELMA, Dolores
le 5 janvier 2014
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2