Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
CASTIELLO GARCIA, Corsino « MANIN »
Né à Infiesto (Asturies) - tué le 27 janvier 1948 - PCE - Groupe des frères CASTIELLO GARCIA « Los CASTIELLOS » & de Constantino ZAPICO GONZÁLEZ "BOGER" - Oviedo (Asturies)
Article mis en ligne le 18 mai 2007
dernière modification le 10 décembre 2013

par R.D.
logo imprimer

En 1941 les trois frères Corsino Manin, Eduardo Maño et Octavio Castiello García connus sous le nom de Los Castiellos formaient avec trois autres hommes un groupe de guérilla dans la province d’Oviedo.

En 1947, avec ses frères, Corsino rejoignait le groupe de Constantino Zapico González Boger. Corsino Castiello García Manin a été tué dans la nuit du 27 au 28 janvier 1948 avec ses frères Eduardo et Octavio, Alfredo Ordieres Tarzan et seize autres guérilleros — Luis Ordieres Martinez, Onofre Garcia Ulibelarrea El Onofre, Aurelio Diaz González Caxigal, José Suarez Alvarez Pin El Del Condado , El Maestrin, Gustavo Pelaez Pelaez El Raque, Vicente Gómez Fernandez El Maqui, Vicente Reguero Puertas, David Manuel Gonzalez Gonzalez Manole, Manuel Garcia Gutierrez, José Garcia Rozada Pollo, Constantino Zapico Gonzalez Boger, José López Lobeta et plusieurs non identifiés — dans une embuscade tendue par la Guardia Civil au lieu-dit La Franca, commune de Llanes (Oviedo).

Les autorités avaient monté une opération d’infiltration pour en finir avec la guérilla aux Asturies. Suite à l’arrestation à Madrid du militant communiste Julio del Amo qui maintenait des contacts avec la guérilla asturienne, la police avait sélectionné un membre de la Guardia Civil, El Francesito qu’elle avait introduit dans la cellule du militant où il se fit passer pour un militant communiste. Après avoir obtenu les contacts nécessaires El Francesito avait organisé l’évasion de Julio del Amo qui selon lui avait été une réussite. Il gagnait ensuite les Asturies où il établissait le contact avec les groupes de guérilleros et participait à de nombreuses attaques y compris à des opérations contre les membres de la force publique. Après avoir gagné la confiance des guérilleros il leur fit croire à une importante livraison d’armes venant de France le 27 janvier 1948 et organisait avec la Guardia Civil les embuscades qui allaient faire perdre en une seule nuit près de vingt hommes à la guérilla asturienne.

Les forces de l’ordre brûleront le même jour l’habitation de la famille des Castiellos à Quintes (Villaviciosa) après y avoir attaché son père dans l’étable et ses sœurs dans la cuisine qui seront tous brûlés vifs.

P.S. :

Sources : J. R. Gomez Fouz "Bernabé, el mito...", op. cit. // F. Aguado Sanchez "El maquis...", op. cit. // J. A. Sacaluga "La resistencia socialista...", op. cit. // S. Serrano "Maquis...", op. cit. (appelle la famille Castiello Carriles)// Précisions apportées par Alfredo Ordieres Costales //


Dans la même rubrique

0 | 5

CASI DAURA, Salvador
le 2 janvier 2017
par R.D.
CASTAN, Lorenzo
le 23 octobre 2016
par R.D.
CASTELLON CASTELLON, Emilio
le 3 août 2015
par R.D.
CASTARLENAS AMELLO, Gregorio
le 24 mai 2015
par R.D.
CASTEDO, Rufino
le 2 mai 2015
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2