Bandeau
Los de la sierra
Slogan du site
Descriptif du site
CAELLAS AYMERICH, Jesús « CATALAN » ; « CARLOS »
Né à Solsona (Lérida) le 31 août 1921 - mort le 29 novembre 1976 - Mécanicien - PCE - AGL, 17° & 23° secteur - Teruel (Aragon), Valence & Castellon (Levant)
Article mis en ligne le 13 mars 2007
dernière modification le 10 décembre 2013

par R.D.
logo imprimer
JPEG - 8.9 ko
Jesus Caellas Aymerich

Jesus Caellas Aymerich aurait, selon sa compagne, adhéré au Parti socialiste unifié de Catalogne (PSUC) en 1936 et , vu son jeune âge, ne participa pas à la guerre à la fin de laquelle il fut arrêté et fut emprisonné 2 ans à la prison de Lerida.

Selon certaines sources, Jesus Caellas présenté comme un militant des Jeunesses libertaires, serait passé en France à la fin de la guerre civile et serait serait revenu en Espagne lors des opérations d’invasion du Vall d’Aran ce qui nous semble peu vraisemblable.

A sa libération , Jesús Caellas Aymerich, qui était surnommé à Solsona (Lérida) Jesús De La Francesa était revenu à Solsona où il travaillait dans une scierie et en octobre 1944, à la suite de rafles, il avait gagné la Sierra et s’intégrait à la guérilla.

Après la réorganisation en avril 1946 de l’Agrupación Guerrillera de Levante (AGL) par Vicente Galarza Santana Andrés, Jesus Caellas devenait l’adjoint d’Angel Fuertes Vidosa Antonio responsable du 17° secteur (ou 3ème Brigade) qui avait pour zone d’action une partie de la province de Teruel, la province de Castellón et le sud de la province de Tarragone et qui comprenait deux bataillons commandés par Germán Amarrotu Martínez Manso et Jesús Caellas qui prenait alors le pseudonyme de Carlos. Le 6 mai 1946 dans un accrochage à La Cerollera (Teruel), il perdait un de ses hommes, El Rabos dernier survivant du groupe du cénétiste José Ramiá Ciprés Petrol. Le 2 juillet 1946 un groupe de douze guérilleros de son bataillon, commandé par José Llinares Beltrán Valencia occupait le village d’Ortells (Castellón) où était exécuté le maire pour avoir collaboré avec la Guardia Civil. Le 7 juillet la quasi totalité des guérilleros du 17° secteur appuyés par des éléments du 11° secteur et commandés par Francisco Corredor Serrano attaquaient à Caudé (Teruel) le train de la ligne Sagunto-Teruel-Saragosse qui dans un wagon blindé transportait des fonds. Des guérilleros, habillés comme des cheminots, surprennaient la patrouille de la Guardia Civil, les désarmaient, prennaient leurs uniformes et s’emparaient de 750.000 pesetas. Les renseignements sur le train et son chargement avaient été fournis par la CNT.

Le 18 juillet, après avoir traversé de nuit la Sierra de Javalambre, le bataillon arrêtait un train de marchandises à Bejis-Torás (Castellón). Après avoir fixé des charges explosives sous les wagons, les guérilleros mettaient le feu au train et le remettaient en marche. Dans l’explosion, le train déraillait et détruisait cinq kilomètres de voies. Cette action sera appelée "le train comète" par les guérilleros.
Le 18 août ils attaquaient une ferme du district de Teruel, le 26 sabotaient la centrale électrique de Ladruñán (Teruel) et le 2 septembre attaquaient le moulin Pajazo sur le district de Martin del Rio (Teruel). Le 5 novembre le groupe de Jesús Caellas réalisait plusieurs opérations d’approvisionnement sur le district de Luco de Bordón (Teruel) et le 20 effectuait un nouveau sabotage de la voie ferrée près de Teruel. En 1946 sa zone d’action se trouvait sur les districts de Morella et de Valderrobles et il était souvent accompagné par les frères José Pepito et Lamberto Vicente Zafón Matalás, Jesús Rovira et Julián Valerano García Cinctorres.

Le 18 mars 1947 à la tête d’une quinzaine d’hommes, Jesús Caellas Aymerich investissait à la nuit tombée le village de Las Parras de Castellote (Teruel) où les guérilleros surprennaient le caporal de la Guardia Civil José Alfredo Serrano Serrano en train de diner avec le curé. Le caporal qui avait participé à l’exécution de deux guérilleros faits prisonniers le 14 mars lors de l’attaque du camp d’entrainement de l’AGL à Aguaviva (Teruel), était immédiatement exécuté tandis que sept autres gardes étaient désarmés et laissés en liberté. Le 1er avril, le 3ème Bataillon sabotait la centrale électrique de Pitarque (Teruel) causant d’importants dégats et occupaitt le village de La Cañadilla où les guérilleros s’emparaient d’armes et de provisions. Le lendemain, 2 avril, un groupe pénètrait dans Aiguaviva (Teruel) et exécutait El Ros et sa femme qui le 14 avril précédent avaient conduits la Guardia Civil jusqu’au campement de l’AGL.

Pendant tout l’été 1947 les groupes du 17° secteur commandés par Jesús Caellas allaient être très actifs et organiser de nombreux attentats. Le 13 juin, lors d’un affrontement à Carrascal, district de Portell de Morella (Castellón) étaient tués le caporal José Expósito, le garde Ricardo Molina Gil et un guérillero. Après d’autres actions à Castell de Cabres et à Vistabella (Castellón), les guérilleros sabotaient le 17 juillet la voie ferrée à Alcalá de Civert (Castellón) et laissaient sur la route plusieurs drapeaux républicains. Le 21 juillet ils commettaient un sabotage à la centrale électrique de Mijares, district d’Onda (Castellón).
Lorsque à l’automne 1947 Francisco Bas Aguado Pedro devenu le responsable de l’AGL, créait le 23° secteur, il en confiait le commandement à Jesús Caellas Aymerich. Les bataillons du 23° secteur étaient alors commandés par José Borrás El Cinctorrá et Andres Petrel Rodríguez Dedé et l’AGL devenait Agrupación Guerrillera de Levante y Aragón (AGLA). Le secteur de Jesús Caellas se situait dans le Maestrazgo et le bas Aragon.

En 1948 lors des préparatifs de l"offensive de printemps", il allait tenter d’étendre sa zone d’action jusqu’à la côte et envoyait Deseado et d’autres guérilleros dans la zone de Torreblanca. La police allait alors se mettre à la poursuite du groupe et, de mai à la fin de l’année 1948, allait démanteler les bases du 23° secteur et lui causer de lourdes pertes.
Membre de l’Etat major de l’AGLA il participait en août à la réunion générale des responsables des 4 secteurs de l’AGLA qui selon F. Aguado Sanchez se serait tenu au campement de Cerro Moreno, district de Santa Cruz de moya (Cuenca) et à laquelle participaient également Francisco Bas Aguado responsable de l’AGL, Francisco Corredor Serrano, Atanasio Serrano Rodriguez Capitán (5° secteur), Florian García Velasco Grande (11° secteur) et Germán Amorrotu Martínez Manso (17° secteur).

Après les importantes pertes subies par le 23° secteur, Jesús Caellas avait été convoqué en France par le Parti communiste pour information. Après la réorganisation à l’été 1949 de l’AGLA, renommée "Comité régional de la Résistance", la lutte militaire était abandonnée au profit de la lutte politique. Dans la province de Teruel Jesús Caellas a utilisé le pseudonyme de Carlos et dans celle de Valence celui de "El Catalán".
Fin 1949 - ou fin décembre 1948 selon sa compagne - Jesús Caellas Aymerich désertait et passait en France avec sa compagne Jacinta Solá Albert. Il aurait alors été accusé de trahison par le parti communiste.

Le couple s’installa à Chaufailles (Saône et Loire) où ils eurent 4 enfants.

Jesus Caellas Aymerich est mort à Chauffailles (Saône-et-Loire) le 29 novembre 1976 alors qu’il préparait son retour en Espagne.

P.S. :

Sources : F. Aguado Sanchez "El maquis...", op. cit. // A. Ruiz Ayucar "El partido comunista...", op. cut. // F. Romeu Alfaro "La Agrupacion...", op. cit. // T. Cossias "La lucha contra el maquis...", op. cit. // F. Sanchez Agusti "Maquis a Catalunya...", op. cit. // M. Yusta Rodrigo "La guerra de los vencidos...", op. cit. // S. Serrano "Maquis...", op. cit. //J. Sanchez Cervello "Maquis...", op. cit. // S. F. Cava "Los Guerrilleros...", op. cit. (l’appelle Caelles Aymerich)//


Dans la même rubrique

0 | 5

CALATAYUD ARGENTE, Rafael
le 13 mars 2016
par R.D.
CALLAO CASANOVA, Manuel
le 31 mai 2015
par R.D.
« CACHARRERA, La », Josefina
le 21 janvier 2015
par R.D.
CALDARERA, Ramon
le 21 janvier 2015
par R.D.
CALVO, Daniel
le 7 juillet 2014
par R.D.


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2